Une voiture électrique est-elle réellement plus écologique

Le principal avantage des voitures électriques est la contribution qu’elles peuvent apporter à l’amélioration de la qualité de l’air dans les villes. Sans pot d’échappement, les voitures électriques pures ne produisent aucune émission de dioxyde de carbone lorsqu’elles roulent. Cela réduit considérablement la pollution atmosphérique.

En d’autres termes, les voitures électriques nous offrent des rues plus propres, ce qui fait de nos villes un endroit plus agréable pour les piétons et les cyclistes. En un an, une seule voiture électrique sur les routes permet d’économiser en moyenne 1,5 million de grammes de CO2.

Quel est l’impact des véhicules électriques sur l’environnement ?

La fabrication des voitures électriques consomme beaucoup d’énergie. Même en tenant compte de la fabrication des batteries, les voitures électriques restent une option plus écologique. Cela s’explique par la réduction des émissions créées pendant le cycle de vie de la voiture.

Les émissions produites lors de la fabrication d’une voiture électrique ont tendance à être plus élevées que celles d’une voiture classique. Cela est dû à la fabrication des batteries au lithium-ion, qui sont un élément essentiel d’une voiture électrique. Plus d’un tiers des émissions de CO2 d’une voiture électrique au cours de sa vie proviennent de l’énergie utilisée pour fabriquer la voiture elle-même. Avec les progrès technologiques, cette situation évolue positivement.

La réutilisation et le recyclage des batteries constituent également un marché en pleine expansion. La recherche sur l’utilisation des batteries usagées permet de trouver des moyens de réutiliser les batteries dans de nouvelles technologies telles que le stockage de l’électricité. Un jour, nous pourrions tous avoir des piles dans nos maisons, utilisées pour stocker notre propre énergie. Des opportunités comme celle-ci réduiront l’impact environnemental de la fabrication des piles tout au long de leur vie.

Les batteries sont les plus gros émetteurs

Un argument régulièrement avancé pour contraster l’image de propreté des voitures électriques est la pollution liée au processus de fabrication de leurs batteries. Il existe en effet une gamme de métaux de terres rares qui entrent dans la composition de la batterie, et leur extraction et leur manipulation peuvent contribuer aux émissions de carbone.

Cependant, comme l’illustre un rapport 2018 du Conseil international pour le transport propre (ICTT), le pays dans lequel les batteries sont produites ainsi que la composition de la batterie ont un niveau d’impact bien plus élevé sur les émissions .

Une étude comparative entre les VE et les véhicules à moteur à combustion interne (VCI) en Chine corrobore le rapport du TCI, indiquant que l’infrastructure et les techniques de fabrication efficaces sont les clés de la réduction des émissions pendant la production. Les fabricants chinois de batteries de VE produisent jusqu’à 60 % de CO 2 en plus lors de la fabrication que lors de la production de moteurs de VCI, mais ils pourraient réduire leurs émissions jusqu’à 66 % s’ils adoptaient des techniques de fabrication américaines ou européennes. Ainsi, la pollution créée par le processus d’extraction et la production des batteries reste équivalente ou légèrement supérieure à celle du processus de fabrication des moteurs à essence ou diesel.

Les voitures électriques sont-elles plus écologiques que les voitures à essence ?

À première vue, les voitures électriques peuvent sembler être l’antidote parfait aux véhicules à essence et diesel, dont les fumées étouffent la pollution atmosphérique dans les villes. Mais elles peuvent encore avoir des effets néfastes sur l’environnement.

En ce qui concerne les émissions de gaz à effet de serre, les voitures électriques ne sont aussi vertes que l’énergie utilisée pour les fabriquer et pour charger leurs batteries. Toutefois, une étude récente du Conseil international pour un transport propre a conclu que, sur l’ensemble de leur durée de vie (fabrication comprise), les véhicules électriques sont responsables de moins d’émissions de gaz à effet de serre que leurs homologues à essence. Mais cette différence est bien plus importante dans certains endroits que dans d’autres.

En Europe, une voiture électrique génère jusqu’à 70 % d’équivalent CO 2 en moins par kilomètre qu’une voiture à essence. En revanche, en Inde, ce chiffre est de 35%. Cette disparité s’explique par la manière dont l’électricité est produite dans chaque pays.

Comment les voitures électriques se comparent-elles aux voitures à essence ?

Les qualités écologiques de votre voiture électrique dépendent de la façon dont l’électricité est produite dans votre région. Si vous disposez de panneaux solaires, votre conduite sera exempte d’émissions. Si votre électricité provient d’une centrale locale alimentée par des combustibles fossiles, vous ne ferez que déplacer vos émissions de gaz à effet de serre de vos gaz d’échappement vers ses cheminées. Mais même dans les régions où les centrales au charbon sont les plus polluantes, les voitures électriques produisent globalement moins d’émissions de CO 2. En effet, les grandes centrales transforment le combustible en énergie plus efficacement que de multiples petits moteurs, et il est plus facile de nettoyer les gaz d’échappement de leurs immenses cheminées. Et contrairement aux voitures à essence, les voitures électriques seront plus propres si un parc éolien ou une autre source d’énergie renouvelable s’ouvre à proximité.

Différence sur la durée de vie

Des études notent également la différence flagrante entre les émissions des véhicules électriques et celles des véhicules à combustion interne au cours de leur vie. En l’absence de combustion et d’émissions de gaz d’échappement, les véhicules électriques produisent la majeure partie de leurs émissions par le biais de leur processus de fabrication et de leur approvisionnement en énergie, ce qui leur confère un avantage par rapport aux voitures à essence ou diesel.

Alors que les véhicules à moteur à combustion interne réduisent régulièrement leurs émissions depuis 2000, les véhicules électriques ont toujours un avantage marqué en ne produisant pratiquement aucune émission de fonctionnement. En outre, à mesure que les VE se répandent et que la fabrication se généralise, le recyclage des batteries sera plus efficace et réduira la nécessité d’extraire de nouveaux matériaux, diminuant ainsi la dépendance à l’égard des mines et de la production de nouvelles batteries.

L’impact total des véhicules électriques est plus prononcé si l’on considère leur durée de vie complète, où les véhicules à moteur à combustion ne peuvent rivaliser. Les VE produisent beaucoup moins d’émissions au cours de leur vie que les véhicules fonctionnant aux combustibles fossiles, quelle que soit la source d’électricité utilisée.

Les voitures à hydrogène sont-elles plus écologiques que les voitures électriques ?

Une voiture électrique équipée d’une pile à combustible à hydrogène au lieu d’une batterie lithium-ion offre des perspectives intéressantes : une conduite sans émissions (l’hydrogène se combine à l’oxygène de l’air et les gaz d’échappement sont de l’eau), associée à un ravitaillement rapide. Il faut cinq minutes pour remplir un réservoir de gaz comprimé, contre au moins 40 minutes pour faire le plein d’une voiture électrique moderne. Actuellement, la majeure partie de l’hydrogène est fabriquée à partir du gaz naturel, un processus à forte intensité énergétique qui nécessite des températures élevées. Un jour, l’hydrogène pourrait être fabriqué par électrolyse (séparation de l’eau) à l’aide d’électricité solaire, ce qui le rendrait aussi écologique que n’importe quelle voiture électrique alimentée par des énergies renouvelables.

Les véhicules électriques sont-ils donc meilleurs pour l’environnement ?

Tout porte à croire que oui. Au niveau local, il ne fait aucun doute que les voitures électriques rendent nos zones urbaines plus propres et plus silencieuses.

Une fois sur la route, elles sont également responsables de beaucoup moins d’émissions que les voitures fonctionnant aux combustibles fossiles.

Le défi consiste maintenant à réduire davantage les émissions produites par la fabrication des VE et la production d’énergie.

Au fur et à mesure que les voitures électriques se répandent, une production d’énergie plus propre, de meilleurs systèmes de recyclage et des améliorations de la technologie des batteries sont nécessaires avant que nous puissions profiter pleinement de leur potentiel écologique.

Un nombre sans cesse croissant de nos fourgons de patrouille sont équipés de systèmes de recharge mobile d’urgence intégrés, capables de fournir à une voiture électrique en panne de charge suffisamment d’énergie pour lui permettre de parcourir une courte distance jusqu’à son domicile ou jusqu’à un point de charge opérationnel.

Un avenir plus vert

Il y a quelques mises en garde. La fabrication d’une voiture est un processus industriel qui entraîne des émissions ; le seul véhicule dont les émissions sont vraiment nulles est celui qui n’est pas construit. Outre les hypothèses relatives à la production d’électricité dans une région donnée, la comparaison entre les VE et les véhicules à essence est également compliquée par des éléments tels que la taille, le poids et l’efficacité relatifs des véhicules individuels de chaque type.

Cependant, même si les émissions ne sont pas nulles, une voiture électrique est systématiquement meilleure pour l’environnement en termes d’émissions de CO2 que la moyenne des véhicules à essence neufs, et cette marge devrait s’accroître à mesure que la production d’électricité s’oriente vers des sources plus propres. Cette marge devrait s’accroître à mesure que la production d’électricité s’oriente vers des sources plus propres, notamment en augmentant la production d’électricité sans combustibles fossiles, mais aussi, à plus court terme, en poursuivant le déclin de l’utilisation du charbon. Pour ce qui est de la réalisation d’objectifs ambitieux de réduction des émissions, le transport dans son ensemble – qui comprend les véhicules à moteur mais aussi des sources telles que les avions, les trains et les embarcations – représente environ 29 % du total des émissions de gaz à effet de serre en France.

Laisser un commentaire

À propos

Votre guide complet pour les bornes de recharges et accessoires.